Anna Netrebko

Anna Netrebko © Khristian Schuller Anna Netrebko © Khristian Schuller

Anna Netrebko, c’est la soprano russe couronnée du titre de Diva du XIXème siècle.

Une sensibilité unique, des piano stratosphérique, c’est une véritable star de l’art lyrique. Vous l’aurez compris, si vous croisez le nom d’Anna Netrebko sur une affiche, c’est qu’il est surement déjà trop tard pour espérer obtenir une place… Sa voix et son engagement sur scène, couplé à une interprétation chaque fois troublante émotionnellement font d’elle une véritable icône de l’art lyrique au même titre que Maria Callas, ou Montserrat Caballé. Diva parfois capricieuse, elle a surtout développer autour d’elle un mythe qu’elle mérite amplement.

Mariée au ténor Yusuf Eyvasof, elle semble ne vouloir chanter plus qu’avec lui. Leurs noms sont désormais très souvent associés dans les distributions des opéras ou des récitals dans lesquels ils se produisent. Habituées des grandes salles, elle sait où qu’elle soit saisir son public qui entre souvent en furie lors des applaudissements.

L’avoir déjà vu deux fois est une chance !

J’ai eu la chance de la voir chanter dans Le Trouvère de Giuseppe Verdi il y a 3 ans à l’Opéra Bastille. Chance car j’y étais le soir de la première, et elle s’est désistée pour presque l’ensemble des représentations qui ont suivis. J’ai par ailleurs pu l’entendre dans l’opéra mythique de Tchaikovsky : Eugène Onéguine, sur cette même scène de l’Opéra Bastille.

Je vous laisse découvrir ci-dessous un extrait (D’amor sull’ali rosee) du Trouvère qu’elle chante à la perfection.

Anna Netrebko au Festival de Salzburg en 2014 dans Le Trouvère